La giga-autoroute qui relie les Congolais aux 4 pts Cardinaux

Menu

 Biographie

 
Web congolite.com

     Joseph Désiré Mobutu

       1930-1997 

Né à Lisala, le 14 octobre 1930, il est prénommé Joseph-Désiré et est l'aîné d'une famille de quatre garçons. Son père, Albéric Gbémani, est chef cuisinier chez les missionnaires capucins de Molegbe, en pleine brousse

équatoriale. Sa mère, elle, s'appelait Marie-Madeleine Yemo et avait déjà eu deux enfants d'un premier lit avec un chef tribal de Kawele. Il arrive pour la première fois à Léopoldville (Kinshasa) en mars 1934 en compagnie de ses parents; entré à l'école primaire Saint-Anne en 1937, il est contraint de la quitter en classe de quatrième année. A la mort de son père, le 11 août 1938, il est pris en charge par son grand père paternel et son grand oncle dont il porte le nom. Il est, dés lors, placé chez les Scheutistes et les Capucins à Molegbe, Bwamanda, Mawuya et Libenge. Sa scolarité se poursuit à l'Ecole Moyenne, tenue par les Frères des Ecoles Chrétiennes à Mbandaka (Coquilhatville).

En février 1950, il est enrôlé à la Force publique et envoyé à l'école centrale de Luluabourg (Kananga) pour suivre la formation de secrétaire-comptable dont il obtient le brevet en 1952. Troisième de sa promotion, il est affecté en 1953 à l'Etat-Major de la Force Publique à Kinshasa. Là, il collabore à la rédaction du journal de l'armée "Sango ya bisu" et, bientôt, à celle du journal l'Avenir (l'Avenir colonial belge). En effet, le 5 janvier 1956, la direction de ce journal décide d'ouvrir ses colonnes aux Congolais dans les "Actualités Africaines" et fait paraître certains articles signés d'un certain "De Banzy", qui n'est autre que le jeune Mobutu. L'utilisation du pseudonyme s'explique par le fait qu'un soldat n'avait pas le droit d'écrire dans un journal civil. De Banzy dérive de "de Banzyville", son territoire d'origine, actuellement Mobayi Mbongo. Libéré de ses engagements militaires à la fin de son terme le 31 décembre 1956, il entre dans le comité de rédaction des "Actualités Africaines" avec la recommandation de Pierre Davister. 

Il rencontre pour la première fois Patrice Lumumba en juillet 1956 dans les bureaux des "Actualités Africaines". Son premier voyage en europe, il l'effectue en 1958 à l'occasion de sa participation au Congrès de la Presse Coloniale organisé dans le cadre de l'Exposition Universelle de Bruxelles; de retour à Kinshasa, il est nommé rédacteur en chef des "Actualités Africaines". En 1959, il est retenu comme stagiaire à l'Office de l'Information et des Relations Publiques pour le Congo belge et le Rwanda-Urundi (Infor-Congo). Il suit des cours à la Maison de la Presse de Bruxelles. En septembre 1959, il s'inscrit à l'Institut Supérieur d'Etudes Sociales de Bruxelles après avoir réussi le Jury Central. Loin du pays, il suit néanmoins de près l'accélération du processus de libération. Lorsque les délégués congolais débarquent à bruxelles pour la tenue de la Conférence de la Table Ronde Politique, il se met à l'écoute de son coeur; Il rejoint l'équipe du M.N.C.-Lumumba en janvier-février 1960 et est confirmé membre effectif de la délégation du M.N.C.-lumumba à la Conférence de la Table Ronde Economique, Financière et Sociale (26 avril - 16 mai 1960). De retour à Kinshasa le 10 juin 1960, il est nommé le 24 juin Secrétaire d'Etat à la Présidence du Conseil chargé des questions politiques et administratives dans le premier gouvernement constitué par Lumumba

Lorsqu'éclate début juillet 1960, la mutinerie de la Force Publique, le gouvernement lui confient la mission de pacifier les esprits dans les camps militaires. Le 8 juillet, alors qu'il se trouvait en plaine mission au camp devenu Kokolo un militaire vient à sa rencontre en courant pour lui apprendre qu'un bulletin d'information radiodifusé vient d'annoncer sa nomination en qualité de Chef d'Etat-Major général de l'armée avec grade de Colonel. La lutte ouverte entre le Chef de l'Etat et le Premier Ministre déclenchée le 5 septembre, le conduit à intervenir pour mettre fin à la "chien-lit", comme il le disait. Il neutralise le, 14 septembre 1960, les hommes politiques en présence et met en place une équipe de jeunes technocrates, le Collège des Commissaires Généraux. Il venait là d'opérer son tout premier coup d'Etat militaire. Il réorganise et restructure l'armée à partir des factions dissidentes de la Force Publique. Promu, le 7 janvier 1960, au grade de Général Major, Commandant en Chef de l'Armée Nationale, il s'attelle à la modernisation et à l'équipement des forces armées. Le 3 novembre 1965, il est nommé au grade de Lieutenant-général de l'Armée Nationale Congolaise. 

Le 24 novembre 1965, après le coup d'Etat du Haut Commandement Militaire des Forces Armées, il assume les prérogatives constitutionnelles du Chef de l'Etat. Mobutu nomme comme Premier ministre un militaire, le colonel Léonard Mulamba, et gouverne par "ordonnances-lois", sans aucun contrôle du Parlement. Toutes les activités des partis politiques sont suspendues. Candidat unique, après élimination physique de tout concurrent potentiel ou déclaré, il est élu à la Magistrature Suprême au suffrage universel direct en 1970, réélu en 1977 et 1984 avec 99,99% de voix. Il a perdu sa première épouse, Antoinette Mobutu, le 22 octobre 1977 et s'est remarié avec Bobi Ladawa le 1er mai 1980, un jour avant l'arrivée du Pape Jean-Paul II à Kinshasa. Il a été élevé à la dignité de Maréchal du Zaïre, par acclamation, au cours d'une plénière du troisième congrès ordinaire (du 6 au 11 décembre 1982) du Mouvement Populaire de la Révolution - Parti-Etat, à la suite d'une motion émanant de l'Ordre des Compagnons de la Révolution. Il a revêtu les insignes de Maréchal le 19 mai 1983. Selon la Constitution, le Président du Mouvement Populaire de la Révolution est de droit Président de la République. Tous les Congolais, y compris les foetus dans les ventres de leurs mères, étaient membre du MPR-Parti-Etat (Olinga, Olinga te, ozali obele na MPR!). L'animation politique ou la propagande du culte de la personnalité du "Guide éclairé" ou du "Grand Timonier" avait préséance sur la loi ou le droit. Ne pas danser ou chanter pour le Guide était quelque chose que les Congolais n'osaient pas faire en publique, au risque de disparaître sans laisser des trances.

La "zaïrianisation" de 1972-73, vit l'abacost ("à bas le costume") supplanter la cravate européenne, proscrite en même temps que les prénoms chrétiens. Cette "révoilution culturelle" donna le jour aussi au "citoyen" zaïrois. Le mot "monsieur" était seulement utilisé pour désigner un non citoyent, c'est-à-dire ou étranger. Sous la pression interne et externe Mobutu prononce, le 24 avril 1990, un discours historique, au cours duquel le "Guide" fond en larme ("comprennez mes émotions" sic!) après avoir annoncé l'ouverture au pluralisme politique. Mobutu aura été le seul maréchal de l'histoire à avoir pleuré publiquement pour s'etre contredit. "De mon vivant, il n'y aura jamais deux partis politique au Zaïre", martelait-il souvent. Anéanti par le cancer de la prostate et l'invasion du pays par les voisins de l'Est, Mobutu a fui le Zaïre, le 16 mai 1997, laissant le pouvoir à Kabila, soutenu par les pays agresseurs.

L'ex-président zaïrois est décédé le dimanche 7 août 1997 dans une clinique de Rabbat au Maroc.

(CONGOLITE/SOURCES: AFROLOGY.COM)

Lire aussi : 24 novembre 1965 : le communiqué du coup d'Etat du Lieutenant-général Mobutu | La chute de Mobutu et la mort Mahele racontées par le général Likulia | Honoré Ngbanda : « les Rwandais ont brûlé toutes les archives de la Défense nationale pour nous priver du plan de défense de notre territoire » |

 

Accueil
Nouvelles
Economie
Musique
Sports
Culture
Editos

 

Institutions
Constitution
Forum
Blog Lobatoyoka
Signez le Livre d'Or
Documents
Biographies
Petites annonces
Liens
Avis/Suggestions
Initiatives congolaises
Poster un article
Cours de change
Archives
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


 Accueil | Nouvelles | Géographie | Histoire | Hymne national | Economie | Constitution | Parlement | Gouvernement | Musique
 Culture | Sport | Forum | Signez le Livre d'Or | Documents | Liens | Petites annonces | Archives | Suggestions
 | Initiatives | Sondages | biographies | EditosInvestir | A propos de nous | Contacts  

"Je n'ai pas peur de la méchanceté des méchants, mais du silence des gens honnêtes". (Martin Luther King)

Copyright © 2002-2003 Congolité.com. All rights reserved.
Revised: November 22, 2009